Décibels moto : La réglementation

Décibels moto, êtes-vous incollable sur le sujet ? La moto a toujours évoqué un profond sentiment de liberté. Prendre le guidon est une promesse de chaque instant ; une promesse de passion, de voyage, d’aventure et de vibrations. Mais outre ces sensations uniques et de belles carrosseries, le plaisir de la moto se répercute jusque dans le son qu’elle produit. Pourtant, ce bruit de moto doit être contenu et malheureusement, c’est inscrit dans la loi.

Les décibels : Qu’est-ce que c’est ?

Le décibel est utilisé dans bien des domaines afin de mesurer le niveau sonore émis par un objet, une installation ou, en l’occurrence, un véhicule. Il s’agit d’une unité distincte, représentant le rapport entre ce que l’on nomme la pression acoustique d’un bruit émis et d’un son que l’on peine à percevoir. Pour le motard, ce critère est souvent décisif dans le choix de son véhicule, puis de son équipement personnalisé. Chaque marque, chaque modèle, développe une mélodie mécanique qui lui est propre et, de fait, chaque motard a une envie dévorante que cette mélodie soit la plus puissante possible.

Pourquoi la législation impose un niveau sonore maximum pour les motos ?

Même si pour vous, comme pour tous les motards de la planète, il existe peu de mélodies plus belles que celle que produit un moteur de moto, vous devez respecter la législation en vigueur en termes de décibel moto. Cela peut paraître frustrant, mais cette limitation n’a pas vocation à gâcher votre plaisir sans raison. Le principal souci, lorsque l’on est passionné, c’est notre propension à en oublier autrui. La symphonie dispensée par votre monture n’est pas aussi enchanteresse pour les autres usagers de la route et tous ceux qui seront contraints d’écouter votre moteur rugir. Le vrombissement mécanique peut perturber le voisinage, surprendre d’autres conducteurs et nuire à la sécurité ou au bien-être d’autrui. C’est pourquoi il est important que tout le monde fasse un effort, y compris les motards.

En pratique, il est vrai que vous devez être en mesure d’entendre votre moteur lorsque vous pilotez, mais il n’est pas nécessaire que toute la ville soit au courant que vous roulez pour autant. Beaucoup de pilotes arguent le fait d’une plus grande sécurité sur la route si le véhicule hurle à pleins « poumons ». Pourtant, là encore, c’est une erreur fréquemment commise. Prenez le temps de visualiser votre moto. Le son qu’elle produit provient de l’arrière. Or, pour assurer pleinement votre sécurité, ce sont bien les usagers situés devant vous qui ont besoin de vous entendre arriver, ce qui n’est pas le cas dans cette configuration. Produire davantage de bruit n’aura aucune incidence sur cette réalité physique, en dehors du fait que vous allez fortement déranger les usagers situés derrière vous et qui n’ont pas besoin d’avertissement supplémentaire puisqu’ils vous voient déjà. Nul besoin d’augmenter vos décibels moto à l’excès.

Quelles sont les limites sonores autorisées ?

Les barèmes concernant les décibels moto sont variables et dépendent de la cylindrée de votre fidèle monture :

  • la cylindrée de votre moto est comprise entre 50 et 80 cm³ : la limite maximum du niveau sonore est de 75 dB,
  • la cylindrée de votre moto est comprise entre 80 et 175 cm³ : le niveau sonore ne doit pas dépasser 77 dB,
  • vous possédez une moto de plus de 175 cm³ : le niveau sonore maximum autorisé est de 80 dB.

Que risque-t-on si on ne respecte pas le nombre de décibels moto autorisés ?

En tant que motard averti, vous avez toujours le choix et pouvez délibérément ignorer ces directives. Attention toutefois aux conséquences qui peuvent s’avérer très problématiques :

  • si vous subissez un contrôle routier, les agents présents peuvent estimer que le decibel maximum autorisé est dépassé. Si cela se produit, vous écoperez d’une amende de 135 €, avec le risque de voir votre véhicule immobilisé,
  • si vous êtes impliqué dans un accident, votre assurance est en droit de refuser le remboursement, votre deux-roues n’étant plus considéré comme un véhicule homologué,
  • dans l’éventualité où votre voisinage se plaint fréquemment du bruit occasionné par votre moto, vous pourriez avoir également des ennuis avec votre propriétaire ou la justice, en raison de troubles répétés du voisinage.

Votre moto a subi de nombreux tests avant sa commercialisation, afin de garantir un parfait respect des réglementations. Vous êtes en droit de changer votre pot d’échappement dès réception de votre véhicule, mais vous devez bien comprendre les répercussions possibles de votre choix. Changer le pot impacte le niveau sonore de votre moto et vous expose à des sanctions non négligeables, allant d’une simple amende à l’immobilisation de votre monture. Le risque est-il raisonnable ? Rien n’est moins sûr. Pour éviter toute complication, respectez la loi sur le bruit des moto, faites un compromis et abaisser vos décibels moto.